Bulletin d'information

de la Fédération Française du Milieu Montagnard

Fondée en 1978 sous l'appellation Fédération Française de la Moyenne Montagne.

18, rue Saint Polycarpe 69001 LYON. Tél. 09 84 06 09 13 Site : www.ffmm.net  Contact : secretariat@ffmm.net

N° 142

Destruction massive d'espèces protégées : le verdict

 

 

 

 

Rappelons cette affaire qui a débuté en juillet 2010.

 

Les responsables de la fédération de chasse de Haute-Saône avaient exterminé plus de 250 espèces d'animaux d'espèces protégées sur un site naturel de 56 hectares dont ils avaient la gestion.

 

 

Ils obligeaient leurs employés à supprimer les prédateurs menaçant leur élevage de lapin et de faisans !

Révolté par ces massacres illégaux, un apprenti avait alerté l'Office national de la Chasse. Chats forestiers, autours des palombes, buses, éperviers, chouette... étaient empoisonnés au curater ou piégés et achevés à la carabine puis brûlés. Les rapaces étaient mutilés avec un poinçon et relâchés afin d'aller mourir en dehors du site. Comble de l'horreur, les responsables versaient aux apprentis des "primes à la queue" pour commettre ces actes illégaux !

Selon le président de la fédération, ce site naturel devait être "la vitrine de la biodiversité et de la gestion du petit gibier". Bel exemple de gestion !

L’ancien président de la fédération de chasse de Haute-Saône et son ancien directeur ont été condamnés à un an de prison ferme pour complicité de destruction et de transport d’espèces protégées.

Après le procès qui s'est déroulé les 6 et 7 octobre 2016 devant le Tribunal correctionnel de Vesoul, le verdict est tombé :

- L'ex-président et l'ex-directeur de la fédération de chasse, reconnus coupables de complicité, de destruction et de transport d'espèces protégées ont été condamnés à 12 mois de prison et 5 000 € d'amende.

- Les apprentis et l'ex-responsable des services techniques ont été condamnés à des peines allant de 6 à 12 mois de prison avec sursis.

- Un ex-technicien a été condamné à 4 mois de prison avec sursis.

- L'ex-président a été condamné à verser la somme de 15 000 €.

- Les différentes parties civiles ont obtenu 16 000 € de dommages et intérêts.

 

Source : Article de François Rey-Demaneuf, administrateur LPO Franche Comté. Paru dans L'Oiseau Magazine n° 126.

 

LPO : https://www.lpo.fr/

 

 

 

Merci de n'imprimer cette page que si nécessaire.